Les femmes et les nouvelles technologies en Afrique Francophone

Les femmes et les nouvelles technologies en francophone d’Afrique

Rare sont les femmes qui s’engagent dans les domaines des TIC. Ceci est dû en partie au faite que  la femme a longtemps été reléguée au second rang en Afrique puisqu’elle est l’être inférieure dans la hiérarchisation des communautés et sociétés du continent. Cette position qui loin de signifier qu’elle n’a aucune importance dans la société, relève de la subordination que la femme doit à l’homme et surtout la circonférence de travail et d’action de celle-ci dans la société.

 

Cependant, des changements socio économiques se sont opérés depuis ces années : plusieurs initiatives de développement et de changement de comportement ont été déterminantes dans ce combat. Le combat aujourd’hui est majoritairement gagné en Afrique Francophone même si on note toujours de efforts a effectué sur certains plans. En effet, la scolarisation des filles a été l’une des grandes batailles depuis la fin du 20ème siècle. Qu’elle est donc la place de la femme dans le domaine des nouvelles technologies de nos jours en Afrique Francophone ?

 

De la scolarisation à la place dans les sciences et technologies : une rude bataille.

Les filles dans leur majorité en Afrique Francophone, ont depuis des décennies un court parcours à l’école. Cet état de chose est dû au poids socioculturel, à la pauvreté, les mariages précoces, les manques de coaching et de motivation, etc. Il et donc fréquent depuis trois décennies de voir dans toute la région d’Afrique Francophone, ces filles écourtées leur parcours en primaire et secondaire. Seules des fréquences minoritaires des filles ou femmes se retrouvent en milieu universitaire. Parmi elles, des enseignantes de tous les domaines, les intellectuelles etc.

 

Ce monde de femmes travaille avec les organisations à donner la chance à d’autres femmes de nos jours. Les mouvements répétés et la promotion et la lutte contre les freins ci-dessus mentionnés permettent aujourd’hui de compter un nombre non négligeable de femmes en milieu professionnel et universitaire. Cependant, la situation semble plus préoccupante en ce qui concerne les femmes présentes dans les Sciences Mathématiques et Technologie.

 

Il n’est pas trop rare de voir des femmes dans le domaine littéraire ou les sciences sociales. Un nombre important de femmes se retrouvent aussi en sciences de la vie et biologique. Le nombre de femmes en sciences de l’ingénierie technologique et mathématique. Cette situation criarde est exacerbée par les préjugés, le devoir qui incombe à a gente féminine et la grande part masculine accordée à ces sciences car même au niveau du continent et à l’international, le combat est loin d’être gagné, la parité et l’égalité de chances, de découvertes et d’innovations en Sciences Mathématiques et en Ingénierie Technologique.

 

L’UNESCO et la Banque Mondiale et des organisations privées, publiques, et celles de la société civile travaillent depuis bientôt 10 ans à promouvoir les femmes en STEM afin que celles-ci aliment le cours de la vie de sciences technologique, de l’ingénierie informatique, logicielle et software, et des sciences mathématiques et physiques appliquées.

 

La multiplicité des combats pour la féminisation des domaines des sciences technologiques et informatiques.

Très peu de femmes francophones d’Afrique sont présentes sont ingénieures dans les technologies et en informatiques. Ce chiffre se bonifie d’années en années grâce aux différentes initiatives d’incitation de jeunes filles dans les universités, lycées et académies. AfChix, une organisation internationale de promotion de la femme dans les TIC travaille à l’atteinte de ces objectifs. L’USAID et l’Ambassade des Etats-Unis dans les pays francophones travaillent également à promotion des jeunes filles et femmes dans les TICs.   Les initiatives “Women in Tech” qui priment femmes professionnelles et femmes entrepreneures dans les nouvelles technologies contribuent également à la valorisation, la promotion de la femme dans ces domaines mais plus particulièrement au changement de paradigme dans ces domaines.

 

Les initiatives les plus édifiantes ces dernières années, ont été conduites par des femmes ou des groupes de femmes. En effet, grâce à ces actrices battantes comme AfChix, plusieurs femmes ont retrouvé la force, la motivation et le courage de continuer à travailler dans les sciences technologiques et informatiques. Les années à venir nous réserve beaucoup de surprises avec les femmes et les TIC en Afrique Francophone.

Comments are closed.

Translate »